Entrée tsontsoraka
Partie du discours nom
Explications en malgache  [Rajemisa 1985] Karazam-bolotsangana tsy mba misy vaniny, ka fanao renitsirika hitifirana vorona madinika
¶ Karazan-javamaniry nampiasaina fahiny tamin' ny sorona teo an-jorofirarazana, fa ankehitriny kosa entina mampiray ny tai-mina anafoana trano
Explications en français  [Boiteau 1997] [Merina] Malzac écrit : espèce de rotin qu'on employait autrefois pour les sacrifices et les prières faites dans la maison, à l'angle Nord-Est consacré aux ancêtres. Il symbolisait les liens très solides qui existaient entre les membres de la famille résidant au foyer. Il serait aussi à fixer l'ody andro, talisman protecteur de l'aire de battage du riz, au toit de la maison (Tantaran'ny Andriana). Ce rotin malgache ne sert plus aujourd'hui qu'à lier le chaume des couvertures. En fait il n'y a pas de vrai rotin à Madagascar ; ce sont des Arecaceae lianoïdes du Sud-Est asiatique et notamment d'Indonésie appartement aux genres calamus et daemonorops. Lorsque ce matériau est introduit pour la fabrication de cannes, de meubles, etc. On l'appelle tsontsora-bazaha. La plante autochtone la plus utilisée était Flagellaria indica L. (Falgellariaceae). tsontsoraka était son nom mystique. Dans la nature, on l'appelle plutôt vika ou vahimpika. L'espèce existe aussi à la Réunion et Maurice où on l'appelle « Rotin du pays ». Certains bambous liane des genres nastus et cephalostachyum étaient aussi utilisés dans la maison comme tsontsoraka.
Vocabulaire 
Nom scientifique Flagellaria indica
Exemples 
1 [Rahajarizafy: Kabary, page 22] Tsontsoraka no nentiny, sy volontsangan-tsy vaky ary tantely velon-dreny.
2 [Callet: Tantara] Mitondra tsontsoraka, fanao ny andriana amy ny saotra sy amy ny hasina sy amy ny sorona:

Mis à jour le 2020/09/26