Entrée jirofo
Partie du discours nom
Définition malgache Karazan-kazo salasalany ny habeny nefa mety hahatratra 10 m. ny halavany, ambolena noho ny bokom-boniny (ny voniny mbola tsy mivelatra otazana ka hamainina), izay ampiasaina hanaovana fanafody na fanomezan-tsiro ny laoka koa indraindray, atao hoe karafoy [Rajemisa 1985]
Définition française girofle [SLP 1986]
  [Betsimisaraka] (du français : girofle). Syzygium aromaticum (L.) Merr. & L.M. Perry (Myrtaceae). Nom donné aussi bien au « clou de girofle » qu'au Giroflier. Cet arbre fut parmi les « épices » les plus célèbres et l'objet de rivalités qui tournèrent souvent au drame entre les puissances colonisatrices. Originaire des Mollusques que se disputèrent Portugais et Hollandais, il fut l'objet de mesures draconiennes de protection lorsque ces derniers se furent rendus maîtres des îles. Cependant, l'intendant Poivre réussit, au péril de sa vie, à en ramener des pieds à l'île de France (Maurice). Il créa ensuite deux pépinières de multiplication, l'une aux Seychelles, l'autre sur la petite île de Sainte-Marie de Madagascar. Une « société de colonisation » dont les principaux animateurs furent Albrand, Carayon et Hugot fut chargée du développement du Girofle à Sainte-Marie. Cette petite île reste un des principaux centres de production avec Maroantsetra, Soanierana-Ivongo et Mananara Nord. Madagascar est le second producteur mondial après Zanzibar. Les exportations de « clous de girofle » qui atteignaient une moyenne de 10 000 tonnes par an environ auparavant, ne cesse pas de connaitre une reduction depuis lors. Par contre, la distillation des feuilles de giroflier tant à s'accroître. L'essence de giroflier (obtenue des feuilles) est moins riche en eugénol que l'essence des clous de girofle, mais elle est moins onéreuse et utilisée comme base par l'industrie chimique (vanille de synthèse). Encore appelé jorofo ou karafoy. [Boiteau 1997]
Vocabulaire 
Nom scientifique Syzygium aromaticum
Autres orthographes 
Synonymes karafoy
Illustrations 

2017/12/07