Index

Proverbes : fararano

Proverbe Alahelo fararano, ka veri-dian’ ny havokisana. [Cousins 1885 #80, Veyrières 1913, Rinara 1974]
Traduction française Chagrins d' automne : ils sont compensés par la bonne chère. [Veyrières 1913 #3093]
Interprétation française A l' automne il y avait abondance et cette abondance était une compensation dans le chagrin ; ce proverbe se disait des chagrins qui ne sont pas sans consolation. [Veyrières 1913 #3093]

Proverbe Alahelo fararano : na tsy very dian' ny raharaha aza, very dian' ny sakafo betsaka. [Rinara 1974 #99]

Proverbe Anarany ihany hoatry ny fatambary fahavaratra. [Veyrières 1913 #1607]
Anarany ihany, ohatra ny fatambary fahavaratra. [Cousins 1885]
Anarany ihany sahala amin' ny fantambary fararano. [Rinara 1974 #210]
Traduction française Il n' y a que le nom, comme la mesure du riz en été. [Veyrières 1913]
Interprétation française Se disait des choses ou des gens qui devenaient inutiles, comme la mesure de riz quand il n' y a plus de riz. [Veyrières 1913 #1607]

Proverbe Anosizato milalao, ary ny terak’ Ambohimanarina manetsa ririnina; fararano an-tanan-dany tsy mba vatry ny olon-tsy hanana azy, fa vatran’ ny hanana azy. [Veyrières 1913 #6206, Cousins 1885 #243]
Anosizato milalao, ary ny terak' Ambohimanarina manetsa ririnina, fararano an-tanan-dany : tsy vatran' ny olona tsy hanana azy fa vatran' ny hanana azy. [Rinara 1974 #289]
Traduction française Proverbe analogue à la fable de la cigale et de la fourmi : rira bien qui rira le dernier. [Veyrières 1913 #6206]
Interprétation française Anosizato s' amuse, et les gens d' Ambohimanarina plantent le riz en hiver ; être à l' époque de la moisson alors que les provisions s' épuisent, c' est bien pour ceux qui vont avoir une récolte, mais pas pour ceux qui n' en auront pas. [Veyrières 1913]

Proverbe Dia saotra no atao anareo, mba tsy ho vaky lovia fararano, tsy ho banga nify voka-katsaka, tsy ho tapa-tsalaka vory vahoaka. [Veyrières 1913 #4124, Cousins 1885 #833]
Dia saotra no atao anareo mba tsy ho vaky vilia fararano, tsy ho banga nify voka-katsaka, tsy ho tapa-tsalaka vory vahoaka. [Rinara 1974]
Traduction française Tous nos souhaits : que vos assiettes ne se brisent pas en automne, que vos dents ne tombent pas à l' époque de la récolte du maïs, que le salaka dont vous ceignez vos reins ne se rompe pas au milieu de la foule. [Veyrières 1913 #4124]
Interprétation française Souhaits de prospérité. [Veyrières 1913 #4124]

Proverbe Fararanon' akoho. [Veyrières 1913 #6738]
Traduction française Automne des poules. [Veyrières 1913 #6738]
Interprétation française Se disait du commencement de la moisson, à l' automne, parce que les poules trouvent alors beaucoup de grains. [Veyrières 1913 #6738]

Proverbe Fararano tsy an' olom-bitsy. [Rinara 1974 #1122]

Proverbe Fararano tsy manango-mololo, ka lohataona vao mifako vodivary. [Cousins 1885 #935, Nicol 1935 #241]
Traduction française Négliger de ramasser le chaume en automne, et ramasser l’éteule du riz au printemps. [Nicol 1935 #241]

Proverbe Fararano tsy mitsitsy ka niasa mafy vao kely fandrotsaka. [Rinara 1974 #1121]

Proverbe Fararano vao didimaso ; vokatra ovy vao vilam-bava ; voky vomanga vao be lohalika. [Veyrières 1913 #3104, Cousins 1885 #936]
Fararano vao didimaso, vokatr' ovy vao vilam-bava, voky vomanga vao be lohalika. [Rinara 1974 #1123]
Traduction française Il devient chassieux juste au moment de la récolte ; il a la bouche tordue au moment où il y a des tubercules de songe en abondance ; il est rachitique lorsqu' il est repu de patates. [Veyrières 1913]
Interprétation française Se disait de celui qui manque son coup et ne sait pas profiter des occasions. [Veyrières 1913]

Proverbe Kamo manetsa hianao, ka fararano vao mandry fotsy. [Rinara 1974 #1593]

Proverbe Mandihiza, rey hitsikitsika, mba hianaranay raha fararano. [Rinara 1974 #2073]
Mandihiza, ry hitsikitsika: hianaranay raha fararano. [Veyrières 1913 #1523, Cousins 1885 #1590]
Traduction française Dansez, crécerellès, nous vous imiterons à l' automne. [Veyrières 1913 #1523]
Interprétation française Les enfants disaient ces paroles lorsqu' ils apercevaient une crécerelle planant et trémoussant ses ailes sans changer de place. [Veyrières 1913 #1523]

Proverbe Miangolangola mitenda fararano : ny vary tsy lany, ka anana indray no tadiavina. [Veyrières 1913 #2722, Cousins 1885 #1724]
Miangolangola toa tenda fararano : ny vary tsy lany, ka anana indray no tadiavina. [Veyrières 1913 #2722]
Traduction française Difficile et capricieux comme le gosier à l' automne : le riz n'est pas épuisé et on cherche des herbes ou autre chose. [Veyrières 1913 #2722]
Interprétation française Se disait des gens qui sont difficiles dans la prospérité et qui, une fois déchus, se contentent de ce qu'ils méprisaient autrefois ; à l'automne, il y a beaucoup de riz et on est paresseux à le manger s'il n' y a rien pour l'accompagner ; mais plus tard quand il diminue, on le mange facilement même sans accompagnement. [Veyrières 1913 #2722]

Proverbe Miangolangola mitendan’ akoho fararano: ny akotry tsy tiana, ka ny bibikely no tadiavina. [Veyrières 1913 #4693, Cousins 1885 #1723]
Miangolangola toa tendan' akoho fararano : ny vary tsy lany, ka ny bibikely indray no zahana. [Rinara 1974]
Traduction française Gourmet comme un gosier de poule en automne : elle dédaigne le riz non décortiqué et elle va chercher des insectes. [Veyrières 1913 #4693]
Interprétation française Se disait aussi des gens qui délaissent ce qu'ils ont désiré, une fois qu' ils l' ont obtenu. [Veyrières 1913 #4693]

Proverbe Miangolangola ohatra ny tenda fararano. [Rinara 1974]
Miangolangola toy ny tenda fararano. [Houlder 1895 #1137]
Traduction française Satisfaire ses caprices, comme le gosier au moment de la récolte. [Houlder 1895]

Proverbe Ny hakamoana no handriam-potsiny fararano. [Houlder 1895 #705, Veyrières 1913 #3947]
Traduction française C' est à cause de la paresse qu' on n' a rien à manger en automne. [Houlder 1895]
C' est la paresse qui fait qu' on se couche sans manger en automne. [Veyrières 1913 #3947]
Interprétation française Litt. qu' on se couche sans manger. [Houlder 1895]

Proverbe Ny lainga toy ny vato am-balam-parihy, na tsy hitam-pangady raha lohataona aza, hitan' ny antsy raha fahavaratra. [Rinara 1974 #3062]
Vato am--balam-parihy, ka na dia tsy hitan' ny fangady raha lohataona aza, dia ho hitan' ny antsy raha fararano. [Veyrières 1913 #3159]
Vato am--balamparihy: raha tsy hitan' ny antsy raha fahavaratra, hitan' ny angady raha lohataona. [Rajemisa 1985]
Vato an-tanimbary : na tsy azon' ny antsy raha fararano, hitan' ny angady raha lohataona. [Rinara 1974]
Vato an-tanimbary : na tsy voan’ ny antsy amy ny fararano aza, ho tratry ny angady amy ny lohataona. [Cousins 1885 #3635]
Vato an-tanimbary : na tsy voan' ny antsy amin’ ny fararano aza, ho tratry ny angady amin’ ny lohataona. [Nicol 1935 #384]
Interprétation malgache Entina milaza ny vato latsaka eny an-tanimbary, izay na dia tsy hitan' ny antsin' ny mpijinja aza dia hitan' ny angadin' ny mpiasa, ka ny tiana holazaina amin' izany dia hoe: tsy misy zavatra tsy ho hita na ho ela na ho haingana. [Rajemisa 1985]
Traduction française Pierre de la petite digue : si la bêche ne la trouve pas au printemps, le couteau la trouvera à l' automne. [Veyrières 1913 #3159]
Pierres dans la rizière : si elles sont épargnées par la faucille en automne, elles seront victimes de la bêche au printemps. [Nicol 1935 #384]
Interprétation française On disait ce proverbe pour signifier que tôt ou tard, une chose arrivera : au printemps la bêche sert à travailler la terre, et à l' automne le couteau sert à faire la moisson ou à couper les herbes qu' on donne aux animaux pour les engraisser. [Veyrières 1913 #3159]

Proverbe Oram-pararano: rehefa mifanandrify dia latsaka. [Houlder 1895]
Oram-pararano : rehefa mitandrify dia mirotsaka. [Veyrières 1913 #3137, Cousins 1885 #2583]
Traduction française Les pluies de l' automne: elles tombent au hasard. [Houlder 1895]
Pluie d' automne : dès qu' elle se forme au passage d' un nuage, elle tombe. [Veyrières 1913 #3137]
Interprétation française Litt. sur l'endroit où elles se trouvent, elles tombent là où on ne les attendait pas. [Houlder 1895]
Se disait des paroles en l'air, dites sans réflexion. [Veyrières 1913 #3137]

Proverbe Tamboho fararano, ka indray mientana ihany. [Cousins 1885]

Proverbe Vato natora-jatovo lohataona aho, ka voin-tenanao ta-hanary ahy: fa raha tsy hitan' ny mpihosy raha manetsa aza, tsy ho hitan' ny mpijinja raha fararano? [Houlder 1895 #2308]

Index